Estimation de Augustin Carréra

Où vendre vos œuvres de Augustin Carréra ?

Pour vendre une œuvre de Augustin Carréra, faites appel à notre expertise. Aussi bien pour une pièce de famille que pour une pièce signature acquise récemment, nous estimons gratuitement. Réalisez votre demande d’estimation sur place, 6 rue de Lisbonne à Paris, ou via notre formulaire en ligne. Nos experts et commissaires-priseurs considèrent vos photographies autant que votre description pour l’estimation de votre œuvre. Ils la comparent à des objets ou œuvres similaires vendus en vente aux enchères récemment. Notre expertise révèle la valeur à laquelle votre bien peut être vendu en vente aux enchères. Avant la vente ou lors d’un rendez-vous, cette expertise est affinée, augmentée ou diminuée après l’expertise de visu.

Qui est Augustin Carréra ?

Augustin Carréra (Madrid 1878 – Paris 1952) est un peintre qui étudie dans un premier temps auprès du peintre Alphonse Moutte à Marseille. Puis, il devient l’élève de Léon Bonnat à l’école des Beaux-Arts de Paris. Alors qu’il est boursier de la ville, Carréra figure parmi les sujets les plus brillants de l’atelier. Il se fait rapidement remarquer comme un artiste de talent. Dans les galeries et musées qu’il côtoie, il observe et s’imprègne des œuvres, notamment de celles de Paul Cézanne, Paul Gaugin ou encore Georges Seurat auquel il emprunte le divisionnisme. Cependant, ce sont Degas, Van Gogh, Monet et Pissaro qui ont la plus grande influence dans son travail. Le paysage prend alors une toute autre place dans les toiles de Carrera.

En 1912, il bénéficie de la Bourse d’Indochine. Il y effectue un voyage durant 8 mois, celui-ci marque un tournant dans son œuvre.
De fait, il obtient du roi du Cambodge une commande de panneaux décoratifs pour son palais. De la même manière il réalise deux panneaux décoratifs pour le Ministère des Colonies. Son séjour en Indochine influence fortement ces travaux.

Cote et prix de Augustin Carréra

Les peintures indochinoises d’Augustin Carréra sont saisissantes de modernisme, elles attirent des collectionneurs de tous bords et ont une cote avoisinant les 5000 euros sur le marché de l’art. Par exemple, le tableau « Angkor » (1912), une huile sur toile, atteint un prix au marteau de 4 200 €, cette oeuvre a été réalisée dans un style qui témoigne de l’influence de l’artiste par le divisionnisme. « To the Temple » (1912), une huile sur carton s’est vendu pour un prix de 3 339 €. Les prix sont à la hauteur des qualités picturales des toiles.


Informations pratiques

  • Contactez-nous au 01 42 65 14 39