Estimation peinture Japonaise – Paris

Ou vendre vos peintures japonaises à Paris ?

Pour vendre une peinture japonaise , faites appel à notre réseau de commissaires-priseurs et d’experts d’art reconnus. Qui vous accompagnent dans la vente de votre bien. Nos professionnels estiment gratuitement en ligne vos œuvres. Situés au 6 rue Lisbonne à Paris, une demande d’estimation peut être réalisée sur place mais aussi via notre formulaire en ligne. Après une brève description de votre œuvre, notre expertise révélera la valeur à laquelle votre bien sera susceptible d’être vendu en vente aux enchères. Cette expertise pourra être augmentée ou diminuée après l’expertise de visu.

Comment reconnaître une peinture japonaise ? 

Littéralement, le terme nihonga se traduit  par « peinture (ga) japonaise (nihon) ». Cette notion renvoie a une technique mais aussi à un mouvement qui apparaît dans les années 1880. Pour être plus précis, ce mouvement apparaît durant l’ère Meiji, une période historique allant de 1868 à 1912. C’est lors de cette époque que l’on verra notamment l’ouverture du Japon et son industrialisation. Le pays se développe en s’ouvrant à l’Occident. La peinture japonaise est considérée comme l’un des plus anciens arts japonais.

L’art japonais se caractérise par différents types d’utilisation de matériaux en fonction de l’époque dans laquelle elle se développe. A titre d’exemple, la production métallique et céramique par exemple se développe sous l’ère Yayoi. La période Edo quant à elle est la plus célèbre pour les occidentalistes, car c’est à cette époque que se développe le mouvement pictural de l’Ukiyo-e connu pour ses estampes (dont la plus célèbre est La Grande vague de Kanagawa) œuvre de Katsushika Hokusai.

De nombreux artistes japonais ont séjourné à Paris et se démarquent par un style singulier. Leurs toiles ont aujourd’hui une cote importante sur le marché de l’art. En effet la ville de Paris n’a de cesse d’utiliser son pouvoir d’attraction sur les artistes étrangers. Elle fait figure de capitale des arts. Le peintre japonais Kuroda Seiki a par exemple étudié la peinture à l’huile à Paris auprès de peintres académiques comme Raphaël Collin. Fujishima Takeji introduit des éléments de la peinture moderne européenne comme l’impressionnisme dans la peinture nihon-ga. L’artiste Sōtarō Yasui est connu pour le développement qu’il apporte  au portrait de style yō-ga dans la peinture japonaise dès le début du XXᵉ siècle. Zenzaburô Kojima quant à lui Kojima va chercher à établir dans sa production picturale « une forme japonaise de peinture à l’huile ».

Connaître le prix d’une peinture japonaise 

La cote des artistes japonais est très importante sur le marché de l’art.  Le dynamisme économique des années 1980 a poussé le Japon a se trouver une place sur le marché international de l’art. « House in Taiwan », une huile sur toile de Fujishima Takeji a atteint un prix de vente de 11 031 €. Les œuvres de Sōtarō Yasui ont des prix aux marteaux qui peuvent monter jusqu’à 160 000 euros aux enchères. Un artiste comme Takashi Murakami est très coté mais est aussi très accessible. Ses sculptures et peintures, souvent à l’acrylique, peuvent être vendues pour plusieurs millions d’euros. Pour autant certaines œuvres comme des estampes, des aquarelles, des lithographies ou des gravures peuvent être estimées entre 800 et 1200 euros. Ces prix sont moins importants. Son marché a véritablement basculé en 2008 lors de la vente de la sculpture My Lonesome cowboy vendue  pour 15 millions d’euros. 


Informations pratiques

  • Contactez-nous au 01 42 65 14 39