Estimation de Raymond Virac

Où vendre vos œuvres de Raymond Virac ?

Pour vendre une œuvre de Raymond Virac, qu’il s’agisse d’une pièce de famille ou d’une pièce signature acquise récemment. Situés au 6 rue Lisbonne à Paris, faites appel à notre expertise. Une demande d’estimation peut être réalisée sur place ou via notre formulaire en ligne. Nos experts et commissaires-priseurs considèrent vos photographies et votre description pour l’estimation de votre œuvre et la comparer à des objets ou œuvres similaires vendus en vente aux enchères récemment. Notre expertise révélera la valeur à laquelle votre bien sera susceptible d’être vendu en vente aux enchères. Cette expertise pourra être augmentée ou diminuée après l’expertise de visu.

Qui est Raymond Virac ?

Raymond Virac (Madrid 1892 – Madagascar 1946) obtient le prix de l’Indochine en 1927 et devient professeur aux Beaux-Arts d’Hanoï. Les cours y sont organisés sur le modèle des cours de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. La mission est d’associer les traditions vietnamiennes et l’art occidental.

De manière parallèle, Raymond Virac, comme un certain nombre d’artistes de sa génération. Participer à la vie culturelle de la colonie en réalisant des expositions, la décoration de nombreux bâtiments publics, ou encore des commandes privées de tableaux. Il exécute notamment deux commandes pour l’État : « Plaine indochinoise » et « La rizière ». Des panneaux ensuite expédiés à Hanoï pour décorer un édifice public.

Lors de l’exposition Universelle de 1931, le pavillon d’Angkor abrite de multiples et intéressantes présentations indochinoises. Une des plus remarquables est certainement l’exposition des œuvres envoyées par l’École des Beaux-Arts, d’Hanoï, qui a le titre d’École des-Beaux-Arts, de l’Indochine. En effet ses élèves sont recrutés sur la base d’un concours dans toute la colonie. En ce qui concerne Raymond Virac, il y exposera « Le port de Saïgon », « L’enfant annamite », « Femme du Tonkin », et « Petite fille de Nam Dinh ».

Cote et prix de Raymond Virac

Le prix de ses oeuvres indochinoises reste raisonnable. Le « Portrait d’une jeune femme (1943) » est une huile sur isorel de 41 x 31 cm estimé entre 400 et 500 euros. Il réalise de nombreux paysages exotiques et idéalisés tels que « Cocotiers » ou « Les abords de la côte » respectivement en 1944 et 1945. Aux enchères le prix de ces oeuvres a atteint les 700 euros. Ces prix sont très attractifs pour les collectionneurs.


Informations pratiques

  • Contactez-nous au 01 42 65 14 39